Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 08:06

CHAPITRE 3

 

Certains matins on entendait crier « A la sans -sel ».

C'était un gros homme qui traversait le village à vélo en vendant des sardines fraîches pêchées au cours de la nuit. Manger des sardines crues, c'était une sensation inconnue pour un parisien. C'était excellent.

On racontait de cet homme que son embonpoint l'empêchait d'approcher d'une table pour prendre ses repas, et qu'il avait rajouté un plateau avec une découpe pour loger son vente mais je n'ai pas remarqué d'aménagement particulier sur son vélo.

De nos vacances à l'Ile d'Oléron j'ai conservé beaucoup de souvenirs. D'abord l'évocation de nos promenades, souvent seuls, car à cette époque il y avait peu de touristes, et puis quelques réminiscences de nos séances de bronzage sur la plage.

Mais surtout beaucoup de plaisir à se rappeler les invitations du père Renaud à l'accompagner sur ses parcs. J'entends encore les teufs-teufs assourdis du moteur de son bateau. Nous devions sortir du port à la marée descendante. Mais pas trop tard pour ne pas s'enliser dans le chenal, mais pas trop tôt non plus pour ne pas attendre trop longtemps le retrait de la mer sur le lieu du dépositionnement.

Arrivé au-dessus du parc sur lequel il voulait travailler, et qu' il avait repéré grâce aux amers qu'il connaissait bien, le père Renaud jetait l'ancre, et nous attendions. Le bateau ne tardait pas à toucher le fond émergé en s'inclinant légèrement' et nous descendions.

Le sol était vaseux. Il fallait apprendre à marcher en basculant les jambes d'arrière en avant pour introduire de l'air sous les bottes, afin de supprimer l'effet de ventouse propice à l'enlisement. Là où la vase était plus profonde, nous devions marcher avec des raquettes constituées de larges semelles en bois.

Nous n'étions pas seuls. Éparpillés sur les parcs voisins, comme les paysans d'autrefois dans leurs champs, des hommes s'affairaient à divers travaux de réfection, tandis que les femmes en quichenotte grattaient les huîtres c'est-à-dire remontaient à la surface les huître qui avaient tendance à s'enfoncer sous la vase. Elle se servait alors d'une" gratte", une fourche étroite à dents recourbées.

 

A bientôt pour la suite

Georges

Partager cet article

Repost 0
Published by Lulu
commenter cet article

commentaires

BEROSMerci à vous tous 01/03/2011 09:33


Merci à vous tous, bénévoles et donateurs, de la part de tous ceux que vous aidez et qui préféreraient sans doute ne pas avoir recours à vous.Je suis vraiment pris entre deux sentiments, d'une part
l'émerveillement devant la générosité des uns et d'autre part la tristesse devant la nécessité des autres.
Une fois de plus, malheureusement, c'est cela aussi la vie.

Jean.


Anne-Marie 28/02/2011 14:39


Continue de nous narrer tes belles vacances de jadis et le travail de ces ostréïculteurs et pêcheurs.


Présentation

Combien sommes nous

Il y a actuellement    personnes connectées à Over-Blog dont    sur ce blog

Recherche

Regarder la TV sur votre PC

link  . CLic sur "link" et vous regardez la TV sans antenne sur votre PC

SUPER,EXTRA,GENIAL . Essayez ( juste un conseil : laissez passer la pub ).
Et puis pour lire certaines chaines ,  téléchargez  :VLC MEDIA PLAYER
 (

click sur AIDE ET CONFIGURATION )

Archives