Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2010 3 10 /11 /novembre /2010 06:56

Oui vous avez bien lu. On peut éprouver du plaisir à suivre des cours de maths.

A vingt ans j'ai fréquenté le CNAM ( conservatoire national de arts et métiers) pour améliorer mes connaissances en maths. Et je me réjouissais de retrouver notre professeur, monsieur Saint-Lague qui, avec sa barbiche, était l'incarnation du savant tel qu'on l'imaginait autrefois.

Dans l'amphi il avait à sa disposition deux grands tableaux noirs qu'il pouvait faire glisser verticalement, l'un devant l'autre en pressant des boutons.

Au bout d'une demi-heure de cours, il avait rempli la moitié supérieur du premier tableau qu'il divisait à mi hauteur d'un trait horizontal. Encore une demi-heure, et la craie posait un dernier signe dans le coin à droite. Il montait alors ce premier tableau pour dégager le second. C'était la mi-temps. Nous attendions que se réalise le même phénomène avec le deuxième tableau. Cela ne ratait jamais. C'était.....mathématique.

Il savait aussi tracer un cercle en se plaçant de dos au tableau sa main tenant la craie derrière lui. Il pivotait sur lui-même de 180° en décrivant ainsi une circonférence quasi parfaite sur le tableau. Je l'ai vu faire par d'autres, mais jamais aussi bien que lui. Moi-même j'ai essayé : « mention passable »

Pour lui les mathématiques étaient partout. Pour nous en convaincre il nous citait quelquefois des exemples simples et amusants, pas toujours en relation directe avec le cours.

« Si, disait-il, les 3 dimensions étaient doublées tout à coup, est-ce que nous pourrions nous en rendre compte, alors que nous n'aurions pas de références de comparaison pour en avoir conscience? »

Nous savions tous que cela serait catastrophique, mais pour lui c'est son charcutier qui s'en apercevrait, en constatant que ses jambons qu'il pendait dans sa réserve étaient tombés à terre. Il expliquait avec le même raisonnement pourquoi un adulte résistait mieux qu'un enfant aux agressions extérieurs, maladies, variations climatiques, etc.....

Mais il pouvait être plus grave en nous révélant par exemple, combien la mise en équation du lien des points de contact d'une ellipsoïde à 3 axes dans une trièdre était ardue....*

Je n'ai jamais oublié monsieur Saint-Lague.

A bientôt

Georges

* Vous avez tout suivi je pense ! (note de la secrétaire)   

Partager cet article

Repost 0
Published by Lulu
commenter cet article

commentaires

Lulu 19/11/2010 18:09


Tres sympa ce commentaire d'un petit-fils à son grand père , le blog sert aussi à cela
Richard


Benoit Roux 19/11/2010 08:51


Une photo du professeur Sainte-Laguë est disponible sur ce site :
http://www.tcd.ie/Political_Science/staff/michael_gallagher/ElSystems/Docts/saintel.php


Benoit Roux 19/11/2010 08:47


Mon grand-père (Georges) a bercé mon enfance et mon adolescence de toutes ces histoires qu’il partage à présent ici avec vous.
Mais c’est sans doute celles de ses cours au CNAM, avec Monsieur Sainte-Laguë, qui m’ont le plus marqué… sans doute à cause de la personnalité de ce professeur pédagogiquement espiègle, un peu
comme mon grand-père d’ailleurs !
Aujourd’hui, devenu chercheur… en Histoire et non en Mathématiques (la question « des points de contact d’une ellipsoïde à 3 axes dans une trièdre » n’est peut-être pas étrangère à mon
orientation), il est temps pour moi de raconter à mon grand-père l’histoire du professeur Sainte-Laguë.
André Sainte-Laguë naît en 1882 dans le Lot-et-Garonne à Saint-Martin-Curton près de Casteljaloux. À 20 ans, il est doublement admissible au concours de l’École polytechnique et à celui de l’École
normale supérieure. C’est cette dernière qu’il choisit. À sa sortie de Normale Sup’, il devient professeur de mathématiques, d’abord en province puis à Paris. Mon grand-père avait raison en
soulignant que son professeur voyait des mathématiques partout. En effet, durant la première guerre mondiale, après avoir été blessé trois fois, il est rattaché au Service des inventions de l’École
normale (1917-1919), où il étudie – toujours sous l’angle mathématique – les obus à longue portée, puis le vol des oiseaux avant de s’attaquer à des questions relatives à l’aéronautique.
Après la guerre, le professeur de lycée parisien, devient maître de conférences de mathématiques au Conservatoire National des Arts et Métiers. En 1938, dix ans avant que mon grand-père n’use ses
fonds de pantalons sur les bancs du CNAM, Sainte-Laguë en reçoit la chaire de mathématiques appliquées.
Mais à côté de cette carrière universitaire brillante, il mène aussi une vie militante notamment à la Confédération des travailleurs intellectuels qu’il préside dès 1929. En 1940, dans les premiers
jours de l’occupation, il entre en résistance. Connu comme un esprit libéral, il est rapidement arrêté à son domicile par les Allemands en octobre 1941. À la libération, il est fait officier de la
Légion d’honneur, reçoit la croix de guerre et la médaille de la Résistance.
Ce n’est qu’après ces heures sombres qu’il reprend ses fonctions au CNAM où le nombre de ses élèves – dont mon grand-père – ne cesse de croître. À sa mort, qui survient subitement, en 1950, il
donne trois cours totalisant deux mille cinq cents élèves.
Pionnier de la théorie des graphes, André Sainte-Laguë est connu pour ses recherches concernant les méthodes de répartition de sièges électoraux (méthode Sainte-Laguë).
Tout au long de sa carrière, que ce soit dans ses cours ou dans ses travaux, il a toujours manifesté un souci de vulgariser les mathématiques. Il publie ainsi plusieurs essais de vulgarisation,
dont un « Du connu à l’inconnu », traduit dans plusieurs langues, et des articles dans la revue « La science et la vie ». Il est aussi l’organisateur et l’animateur de la section de mathématiques
du Palais de la Découverte, où son esprit encyclopédique reste encore présent aujourd’hui.
Au travers de cette petite biographie, on comprend mieux pourquoi mon grand-père n’a jamais oublié ce professeur brillant et modeste (mon grand-père ignorait sans doute tout de cette carrière) à la
barbiche savante, tel un Triphon Tournesol !
Benoît


BEROS 10/11/2010 11:32


Tu viens de faire la démonstration mathématique de ce qui explique peut-être une partie de notre différence ( opération mathématique ). Au lycée j'ai eu le prix spécial de mathématique et j'ai tout
oublié. Toi tu allais au cours de ce professeur pour apprendre les maths et tu as tout retenu. Félicitations

statistiquement

Jean.

Jean.


Présentation

Combien sommes nous

Il y a actuellement    personnes connectées à Over-Blog dont    sur ce blog

Recherche

Regarder la TV sur votre PC

link  . CLic sur "link" et vous regardez la TV sans antenne sur votre PC

SUPER,EXTRA,GENIAL . Essayez ( juste un conseil : laissez passer la pub ).
Et puis pour lire certaines chaines ,  téléchargez  :VLC MEDIA PLAYER
 (

click sur AIDE ET CONFIGURATION )

Archives